Équité en milieu de travail

En règle générale, les employeurs ont le droit de surveiller l’utilisation d’Internet par leurs employés (y compris la visite de sites de réseautage social, la vérification des courriels et la messagerie instantanée) sur les ordinateurs appartenant à l’employeur, pendant les heures de travail des employés. Bien que les lois fédérales interdisent aux employeurs de discriminer un employé potentiel ou actuel en fonction des informations sur le site de réseautage social ou le blog personnel de l’employé relatives à sa race, sa couleur, son origine nationale, son sexe, son âge, son handicap et son statut d’immigration ou de citoyen, les employeurs peuvent et utilisent les informations sur ces sites Web comme méthode de vérification des antécédents. Les employés doivent donc être conscients des informations qu’ils affichent sur les sites Web de médias sociaux. Pour en savoir plus sur les médias sociaux et la confidentialité des ordinateurs, lisez ci-dessous :

1. Qu’est-ce que les médias sociaux et les réseaux sociaux?

2. Comment les réseaux sociaux et les médias sociaux sont-ils liés au lieu de travail?

3. Les employeurs potentiels peuvent-ils utiliser les informations des médias sociaux dans le processus d’embauche?

4. Un employeur peut-il demander mon mot de passe pour consulter mon utilisation des réseaux sociaux et des médias sociaux?

5. Si un employeur me demande mon mot de passe sur les réseaux sociaux, comment dois-je réagir ?

6. Mon employeur peut-il contrôler légalement mes activités informatiques et Internet

7. Que peut surveiller mon employeur sur mon ordinateur?

8. Mon employeur peut-il contrôler légalement mon e-mail?

9. Mon employeur peut-il me licencier légalement pour des informations que mon employeur a lues dans un e-mail?

10. Mon employeur peut-il me licencier légalement pour mon utilisation d’Internet au travail?

11. Mon employeur peut-il me licencier légalement pour le contenu que je publie sur mon site Web personnel, mon blog, mes réseaux sociaux ou mon site Web de médias sociaux?

12. N’ai-je pas le droit au premier amendement de dire ce que je veux sur mes comptes de médias sociaux?

13. Mon employeur peut-il me forcer à promouvoir ses produits ou services sur mes comptes de médias sociaux personnels?

14. Mon employeur peut-il surveiller ma messagerie instantanée?

15. Que se passe-t-il si j’ai supprimé un document ou un e-mail de mon ordinateur, est-il à l’abri d’une surveillance?

16. Je pense que la politique d’utilisation de l’ordinateur de mon employeur a violé mes droits à la vie privée ou pourrait être discriminatoire. Que puis-je faire ?

17. Si une action en justice a été intentée, que dois-je faire avec mes médias sociaux?

1. Qu’est-ce que les médias sociaux et les réseaux sociaux?

Les médias sociaux sont considérés comme toute forme de communication électronique par laquelle les utilisateurs créent des communautés en ligne pour partager des informations, des idées, des messages et d’autres contenus. Les médias sociaux comprennent les forums Internet, les blogs sociaux, les wikis, les microblogs (par exemple Twitter), les réseaux sociaux (par exemple Facebook) et bien d’autres. Les réseaux sociaux sont l’utilisation des médias sociaux pour communiquer avec les autres.

2. Comment les réseaux sociaux et les médias sociaux sont-ils liés au lieu de travail?

Aux États-Unis, plus des 2/3 des adultes en ligne utilisent un site de réseautage social. Par conséquent, de nombreux employés ont fait des commentaires et affiché des médias sur ces sites Web au sujet de leur employeur, de leur statut d’emploi et des problèmes liés au milieu de travail. Selon une enquête de 2007, 28% des employeurs ont licencié des employés pour mauvaise utilisation des courriels, tandis que 30% ont licencié des employés pour mauvaise utilisation d’Internet. La moitié des employeurs interrogés ont déclaré qu’ils étaient préoccupés par la navigation de leurs employés sur les sites de réseaux sociaux au travail. Dans certains cas, des employés ont été licenciés en raison de leurs commentaires et de leurs publications sur des sites Web de médias sociaux. D’autres façons, les employeurs ont utilisé les médias sociaux pour effectuer une sorte de vérification des antécédents des embauches potentielles.

3. Les employeurs potentiels peuvent-ils utiliser les informations des médias sociaux dans le processus d’embauche?

Les employeurs veulent s’assurer qu’une embauche potentielle est qualifiée et qu’elle reflète bien l’entreprise. En conséquence, de nombreux employeurs effectuent une vérification des antécédents qui inclut les médias sociaux. Un profil en ligne peut fournir des informations sur les titres de compétences professionnels, les objectifs de carrière, la maturité et le jugement, l’abus de drogues ou d’alcool, la situation professionnelle actuelle et d’autres signaux d’alarme.

Cependant, il existe une discrimination potentielle si les employeurs utilisent des informations personnelles telles que l’âge, la race, le handicap, la religion, l’origine nationale ou le sexe pour prendre une décision d’embauche. En conséquence, les lois étatiques et fédérales interdisent explicitement ce type de conduite.

4. Un employeur peut-il demander mon mot de passe pour consulter mon utilisation des réseaux sociaux et des médias sociaux?

Aucune loi fédérale n’interdit à un employeur d’exiger qu’un employé ou un demandeur d’emploi fournisse son nom d’utilisateur et son mot de passe pour les comptes de médias sociaux. Au cours des dernières années, plus de vingt États ont adopté des lois concernant l’accès des employeurs aux employés et aux noms d’utilisateur et mots de passe des candidats. Pour une couverture état par état, veuillez consulter notre page sur les statuts du réseau social & mot de passe. Cependant, les lois varient d’un État à l’autre et n’offrent pas le même niveau de protection dans chaque État. D’autres États envisagent de légiférer; vous pouvez suivre ces projets de loi en visitant le site Web de la Conférence nationale des législatures d’État. Pour plus d’informations sur ce domaine du droit en pleine croissance, contactez un avocat en droit du travail de votre région.

5. Si un employeur me demande mon mot de passe sur les réseaux sociaux, comment dois-je réagir ?

Se faire demander votre mot de passe sur les réseaux sociaux par votre employeur ou un employeur potentiel peut être une expérience éprouvante. En conséquence, vous devriez être préparé à cette question. Voici quelques choses que vous pouvez faire à la place:

  • Créez une page de fans purement commerciale et faites-en part;
  • Assurez-vous de ne mettre sur Facebook que des informations qui vous présentent sous un jour positif et professionnel (mais rappelez-vous: vous ne pouvez pas contrôler ce qu’un ami pourrait publier);Facebook est comme un journal intime, quelque chose à ouvrir uniquement par des personnes autorisées;
  • Demandez-leur d’afficher leur page et de vous rechercher.
  • Dites que vous n’avez pas de page Facebook (bien qu’ils puissent vous rechercher);
  • Déclarez que vous seriez heureux d’afficher votre profil LinkedIn ou Google à la place, car il est lié à votre entreprise;
  • Déclarez que Facebook est comme un journal intime, quelque chose à ouvrir uniquement par des personnes autorisées;
  • Demandez-leur d’afficher leur page et ensuite de vous rechercher.

6. Mon employeur peut-il contrôler légalement mes activités sur mon ordinateur et sur Internet?

Oui, et la plupart des employeurs le font. Les employeurs préoccupés par la perte de productivité, l’utilisation excessive de la bande passante, les invasions virales, la diffusion d’informations exclusives et leur responsabilité pour les formes de harcèlement sexuel et autres lorsque des documents explicites sont échangés par courrier électronique ou sur le Web, estiment que la surveillance est un moyen important de dissuader l’utilisation inappropriée d’Internet et d’ordinateurs.

Selon la Loi fédérale sur la protection des renseignements personnels sur les communications électroniques (LPCE), un système informatique fourni par l’employeur est la propriété de l’employeur. Par conséquent, les employeurs qui vous fournissent un système informatique et un accès à Internet sont libres de surveiller presque tout ce que vous faites avec l’ordinateur et l’accès à Internet qui vous ont été fournis. Cela est particulièrement vrai lorsqu’un employeur vous donne une politique écrite concernant la surveillance de l’utilisation de votre ordinateur. Les tribunaux ont généralement convenu qu’un employé n’a pas d’attente raisonnable en matière de protection de la vie privée lorsqu’il utilise un appareil appartenant à l’employeur et délivré par lui. Dans un cas, la cour a statué que même si l’employeur avait informé ses employés que leurs communications par courriel ne seraient pas interceptées et que les employés ne seraient pas réprimandés ou licenciés en fonction du contenu de leurs courriels, l’employé licencié ne pouvait pas affirmer que le fait qu’il se fiait à ces promesses de l’employeur devrait empêcher son licenciement par l’employeur.

Certains contrats syndicaux ou certaines lois d’État (comme celles de la Californie) peuvent limiter la capacité d’un employeur à surveiller l’activité de votre ordinateur. Seuls le Connecticut et le Delaware exigent que les employeurs informent les employés que leur courrier électronique est surveillé, tandis que le Colorado et le Tennessee exigent de l’État et d’autres entités publiques qu’elles adoptent des politiques concernant la surveillance du courrier électronique des employés.

Les lois fédérales telles que le USA PATRIOT Act peuvent également exiger la surveillance et la divulgation des activités suspectes des employés aux forces de l’ordre.

Par ailleurs, peu de lois ont été adoptées pour protéger la confidentialité de votre ordinateur au travail.

7. Que peut surveiller mon employeur sur mon ordinateur?

La technologie existe pour que votre employeur surveille presque tous les aspects de l’utilisation de votre ordinateur, tels que:

  • Utilisation d’Internet
  • Téléchargements logiciels
  • Documents ou fichiers stockés sur votre ordinateur
  • Tout ce qui s’affiche sur l’écran de votre ordinateur
  • Combien de temps votre ordinateur est inactif
  • Combien de touches vous tapez par heure
  • E-mails (sortant ou ceux envoyés dans votre bureau)

Si vous pouvez le faire sur votre ordinateur de travail ou sur des appareils tels que des PDA fournis pour votre utilisation professionnelle, vous pouvez vous attendre à ce que votre employeur ait la capacité de le surveiller. Consultez les politiques et / ou le manuel du personnel de votre employeur pour voir si votre employeur a une politique spécifique sur la surveillance qu’il fait. Même sans politique, cependant, votre employeur peut toujours surveiller votre activité informatique et Internet.

8. Mon employeur peut-il contrôler légalement mon e-mail?

Courrier électronique professionnel
En règle générale, toute correspondance effectuée via un compte de messagerie de l’entreprise est considérée comme la propriété de l’employeur. Cela signifie qu’il peut être surveillé par l’entreprise sans préavis à l’employé. Le raisonnement juridique derrière cela est que les tribunaux ont statué qu’il n’y a pas d’attente raisonnable de confidentialité sur un e-mail professionnel. Les tribunaux ont également généralement statué que les intérêts de l’employeur dans la surveillance du contenu des courriels de travail l’emportent sur les intérêts de l’employé en matière de protection de la vie privée.

Email privé
Oui, avec certaines limitations. Bien que certaines lois fédérales (Federal Electronic Communications Privacy Act, 18 U.S.C. 2511; Electronic Communication Storage Act, 18 U.S.C. 2701; Computer Fraud and Abuse Act, 18 U.S.C. 1030) et les lois des États rendent généralement illégal pour les employeurs d’intercepter des e-mails privés ou d’utiliser votre identifiant et votre mot de passe personnels pour accéder aux e-mails sur le serveur d’un fournisseur de services Internet, les employeurs peuvent surveiller les e-mails provenant de l’adresse e-mail professionnelle qui vous est fournie, ou surveiller tout e-mail stocké sur votre ordinateur professionnel. Seuls deux États, le Connecticut et le Delaware, obligent les employeurs à informer les employés que leur courrier électronique est surveillé.

Certaines entreprises ont même un logiciel qui les aide à surveiller votre courrier électronique. Un tel logiciel récupère tous les e-mails mentionnant des « mots clés » tels que:

  • Porno
  • Sexe
  • Promesse
  • Battre
  • Chose sûre
  • Médicament
  • Patron
  • Numéro de sécurité sociale / SSN
  • Dossier patient
  • Dossier client

Si vous souhaitez envoyer un e-mail privé, il est préférable d’utiliser des comptes de messagerie non professionnels tels que Yahoo! (R), MSN Hotmail (C) ou Gmail (TM). Cependant, ces comptes de messagerie peuvent parfois également être surveillés. Dans un cas, un employeur a effectué une recherche dans les comptes de courriels personnels d’un employé sur un ordinateur de l’entreprise, accédant aux comptes en raison du stockage des noms d’utilisateur et des mots de passe de l’employé sur l’ordinateur. Bien que l’employé ait obtenu gain de cause, les employés doivent être conscients de la possibilité que les noms d’utilisateur et les mots de passe enregistrés sur un ordinateur de l’entreprise puissent faire l’objet d’une surveillance par l’employeur.

Il est préférable de ne pas discuter de questions non liées au travail ou privées lorsque vous utilisez votre ordinateur de bureau, si vous craignez que votre employeur surveille vos activités informatiques ou que les politiques de votre employeur autorisent la surveillance informatique et Internet.

9. Mon employeur peut-il me licencier légalement pour des informations que mon employeur a lues dans un e-mail?

Oui. Le courrier électronique sortant, ou le courrier électronique allant d’un collègue à un autre, peut être utilisé comme base pour licencier des employés. Plus de 28% des entreprises déclarent avoir licencié des employés pour utilisation abusive du courrier électronique au bureau ou de l’utilisation d’Internet, et jusqu’à présent, les tribunaux se sont généralement rangés du côté des employeurs.

Veillez à dire des choses négatives sur vos patrons, vos collègues ou l’entreprise pour laquelle vous travaillez dans les e-mails, en particulier lorsque vous utilisez votre adresse professionnelle pour envoyer ces informations en dehors de l’entreprise. Veillez également à vérifier votre ligne d’adresse avant d’envoyer votre e-mail, car les travailleurs ont été très gênés – sinon sans emploi – lors de la copie d’un e-mail privé destiné à une seule ou quelques personnes sur l’intranet de l’entreprise, la liste de grande distribution ou le serveur de liste.

Vous pouvez bénéficier d’une certaine protection si vous communiquez avec vos collègues au sujet des conditions de travail, en vertu de lois qui protègent la capacité d’un employé à s’engager dans une « activité concertée ». » Si vous avez été licencié ou sanctionné pour vous être plaint de vos conditions de travail à d’autres collègues par courrier électronique, ou pour avoir utilisé votre ordinateur de travail pour organiser des activités syndicales. Consultez un avocat du travail et de l’emploi de votre région pour déterminer si vos droits ont été violés. De même, si vous utilisez le courrier électronique pour vous plaindre d’un comportement discriminatoire ou pour siffler, vous pouvez être protégé par les lois sur la dénonciation et / ou l’antirétrétalisation.

10. Mon employeur peut-il me licencier légalement pour mon utilisation d’Internet au travail?

Oui. Les employeurs sont préoccupés par leur responsabilité en cas de harcèlement sexuel et ont licencié des travailleurs pour avoir visité des sites Web sexuellement explicites et / ou pornographiques au travail. Ils s’inquiètent également de la perte de productivité causée par la navigation sur Internet pendant les heures de travail et ont licencié des employés pour avoir utilisé Internet pour des activités non liées au travail telles que des achats en ligne ou des sites sportifs.

Comme il est possible – et même probable dans de nombreux lieux de travail – que votre activité en ligne soit surveillée, assurez-vous de connaître la politique de surveillance de votre employeur avant de vous engager dans une activité pendant un temps de travail qui n’est pas lié au travail. Vous ne devez pas visiter de sites Web que vous ne voudriez pas que votre employeur voie ou que vos collègues pourraient trouver offensants. Alors que la plupart des employeurs ne se soucient pas si votre utilisation personnelle d’Internet est occasionnelle et n’interfère pas avec votre travail, certains employeurs le font et s’attendent à ce que vous limitiez votre utilisation personnelle d’Internet aux heures non travaillées.

11. Mon employeur peut-il me licencier légalement pour le contenu que je publie sur mon site Web personnel, mon blog, mes réseaux sociaux ou mon site Web de médias sociaux?

En règle générale, un employeur peut vous licencier pour avoir un site Web ou un blog personnel qu’il juge inapproprié, à des exceptions très limitées. Même si vous avez un site Web non lié au travail auquel vous n’accédez pas depuis votre bureau, les employeurs peuvent vous licencier s’ils estiment que le contenu de votre site personnel ou de votre blog est offensant pour eux ou pour des clients potentiels, ou reflète mal l’entreprise. Pour plus d’informations sur la façon de bloguer sans risquer la résiliation, consultez la page de notre site sur la conduite hors service.

La Californie, le Colorado, le Connecticut, l’Illinois, le Minnesota, le Nevada, New York, le Dakota du Nord et le Tennessee ont toutes des lois qui interdisent aux employeurs de licencier un employé pour avoir eu une conduite légale ou pour avoir utilisé des produits légaux (par exemple des cigarettes) pendant les heures de travail. Cependant, les tribunaux de ces États évalueront les protections des employés contre les intérêts commerciaux de l’employeur et détermineront généralement que ces intérêts l’emportent sur les préoccupations relatives à la vie privée des employés et permettront à l’employeur d’être exempté de la loi. Certaines lois prévoient des exemptions explicites pour les employeurs: au Colorado, les employeurs sont exemptés si les activités hors travail d’un employé se rapportent à une exigence professionnelle de bonne foi ou sont raisonnablement et rationnellement liées à leurs activités professionnelles.

Certaines lois de l’État concernant les dossiers du personnel peuvent protéger les activités Internet hors service d’un employé. Par exemple, dans le Michigan et l’Illinois, les employeurs ne peuvent pas recueillir ou conserver des informations sur les communications d’un employé ou ses activités non liées à l’emploi, sans le consentement de l’employé. Cependant, des exceptions existent dans les deux États qui permettent aux employeurs de tenir des registres de l’activité criminelle d’un employé, de l’activité sur les biens de l’employeur ou de l’activité sur le temps de l’employeur qui peut causer des dommages à l’entreprise de l’employeur. En dehors de ces exceptions, les employeurs peuvent être tenus responsables de la violation de ces lois ou de représailles contre un employé sur la base d’informations mal collectées.

Bien qu’un employeur puisse légalement vous licencier pour votre contenu sur les réseaux sociaux et les sites Web de médias sociaux, le Conseil national des relations du travail (CNRT) a déclaré qu’en vertu de l’article 7 de la Loi sur les relations du travail nationales (CNRT), les réseaux sociaux et l’utilisation des médias sociaux par les travailleurs peuvent être protégés s’il s’agit d’une « activité concertée » à des fins de négociation collective, d’aide mutuelle ou de protection. Ainsi, protester contre les conditions de travail pourrait être protégé, tandis que se plaindre d’un patron pourrait ne pas l’être. Si les politiques de réseautage social d’un employeur sont larges et vagues, cela va à l’encontre de l’employeur lors des considérations de l’article 7 prises par les tribunaux. Facebook Facebook d’un employé, lorsque l’employé avait l’intention de conserver la confidentialité des publications en ajustant les paramètres de confidentialité pour limiter l’accès uniquement aux amis Facebook de l’employé, l’employeur n’est pas un ami Facebook de l’employé, et il accède aux publications sans autorisation ou dépasse intentionnellement l’autorisation. Dans l’affaire Ehling c. Monmouth – Ocean Hosp. Serv. Corp., 961 F. Supp.2d 659 (D. N.J. 2013), un collègue d’une infirmière autorisée a pris des captures d’écran des messages de l’infirmière sur le mur Facebook et les a envoyés à un directeur d’hôpital. Facebook Facebook wall post est une communication électronique, transmise par un service de communication électronique, placée dans un stockage électronique, et peut être considérée comme privée si l’utilisateur de Facebook a défini ses paramètres de confidentialité pour limiter l’accès aux informations sur le profil Facebook de l’utilisateur. Toutefois, comme le collègue qui a fourni les captures d’écran au gestionnaire était un ami Facebook de l’infirmière, une exception à la Loi sur les communications stockées s’appliquait, ce qui signifie que l’hôpital pour lequel le gestionnaire travaillait n’était pas responsable de tout acte répréhensible en vertu de la Loi.

Pour plus d’informations sur ce domaine du droit en pleine croissance, contactez un avocat en droit du travail de votre région.

12. N’ai-je pas le droit au premier amendement de dire ce que je veux sur mes comptes de médias sociaux?

En général, vous n’avez pas ce droit sur le lieu de travail. Seuls les employés du gouvernement bénéficient de protections pour la liberté d’expression et celles-ci sont très limitées. En tant qu’employé privé, vous pouvez être licencié pour votre discours sur le lieu de travail ou en dehors de celui-ci.

Pour les employés du gouvernement, « Aimer » une page peut être un discours protégé en vertu du Premier amendement. Dans une affaire récente, une cour d’appel fédérale a décidé qu’un employé du gouvernement qui travaillait pour un shérif et qui cliquait sur « J’aime » sur une page Facebook montrant son soutien à un autre candidat au poste de shérif, parlait en tant que citoyen privé d’une question d’intérêt public, ne perturbait pas le travail des autres au bureau, et son intérêt à manifester son soutien au candidat l’emportait sur l’intérêt du shérif actuel à maintenir des services publics efficaces et efficients. La cour a donc considéré le « Goût » d’une page sur Facebook comme un discours qui peut avoir droit aux protections du Premier amendement pour les employés du secteur public.

Pour plus d’informations sur le premier amendement au travail, voir nos pages sur les représailles pour les activités politiques et les employés publics et les Droits du Premier amendement

13. Mon employeur peut-il me forcer à promouvoir ses produits ou services sur mes comptes de médias sociaux personnels?

Peut-être, mais votre employeur court le risque de violer certaines règles et réglementations de la Federal Trade Commission (FTC) sur la publicité. Les commentaires faits sur Facebook ou Twitter par un employé peuvent être considérés comme des publicités ou des mentions soumises à la réglementation de la FTC. En outre, les commentaires pourraient être considérés comme des actes déloyaux et trompeurs dans le commerce.

En général, il est acceptable de demander aux employés d’utiliser leurs comptes personnels pour promouvoir l’entreprise, mais la question de savoir si cela peut être requis n’a pas été abordée par les législatures. L’Illinois a modifié sa Loi sur le droit à la vie privée sur le lieu de travail en 2017 pour interdire aux employeurs de contraindre les employés à interagir avec les comptes des employeurs.

14. Mon employeur peut-il surveiller ma messagerie instantanée?

Oui. Les employeurs disposent également de la technologie pour lire et surveiller vos conversations par message instantané sur des services tels que AOL Instant Messenger (R), Windows Live Messenger (TM), etc. Des signes montrent que de plus en plus d’employeurs utilisent cette technologie.

15. Que se passe-t-il si j’ai supprimé un document ou un e-mail de mon ordinateur, est-il à l’abri d’une surveillance?

Non. Les informations que vous avez supprimées de votre ordinateur sont souvent à la disposition de vos employeurs. Même s’ils semblent effacés, les documents et les courriels sont souvent sauvegardés en permanence sur le système informatique principal du bureau.

Pire encore, la suppression de documents personnels de votre ordinateur de travail peut enfreindre la loi, selon la manière et le contexte dans lesquels les fichiers ont été supprimés. Un cas récent a soutenu qu’un employé qui utilisait un programme conçu pour nettoyer le disque dur et effacer définitivement des documents (un programme de « suppression sécurisée ») avant de retourner un ordinateur à son employeur a violé les lois fédérales sur le piratage visant à prévenir les dommages aux ordinateurs en réseau. Un autre a soutenu qu’un travailleur effaçant des documents d’un ordinateur appartenant à l’entreprise après avoir intenté une action en justice contre son employeur falsifiait essentiellement des preuves importantes dans l’affaire.

Avant de supprimer définitivement tout document sur votre ordinateur de travail, consultez d’abord un avocat en droit du travail de votre région, surtout si vous avez été licencié et / ou envisagez de déposer une plainte contre votre employeur.

16. Je pense que la politique d’utilisation de l’ordinateur de mon employeur a violé mes droits à la vie privée ou pourrait être discriminatoire. Que puis-je faire ?

Bien que les employeurs disposent d’une latitude considérable dans la surveillance de l’utilisation des ordinateurs et d’Internet, si vous estimez que vos droits à la vie privée ont été violés par votre employeur ou si vous pensez que l’application de la politique de votre employeur est discriminatoire, contactez votre département d’État du travail ou un avocat privé.

17. Si une action en justice a été intentée, que dois-je faire avec mes médias sociaux?

En cette ère numérique, les avocats enquêteront ou rassembleront des preuves partout, y compris sur vos médias sociaux. Par conséquent, vous devez être conscient de votre utilisation des médias sociaux. Les tweets, publications, e-mails, photos et vidéos peuvent être utilisés contre vous. Faites preuve de prudence en:

  • Limiter vos paramètres de confidentialité;
  • Ne pas accepter les demandes d’amis de personnes que vous ne connaissez pas;
  • Limiter vos communications électroniques aux personnes que vous connaissez et pouvez vérifier.
  • Si une affaire a été déposée, informez votre avocat des éléments sur vos comptes de médias sociaux qui peuvent vous blesser, mais demandez conseil à votre avocat pour savoir s’il faut supprimer quoi que ce soit, car il peut y avoir des restrictions imposées par le tribunal une fois qu’une affaire est déposée.

REMARQUE : Yahoo! (R), MSN Hotmail (C) ou Gmail (TM), AOL Instant Messenger (R), Windows Live Messenger (TM) et d’autres marques commerciales et marques de service sont la propriété des détenteurs respectifs de marques commerciales et de marques de service. Aucun des détenteurs de marques de commerce et de services énumérés ci-dessus n’est affilié à Workplace Fairness ou à ce site Web. Aucune approbation de ces informations, services ou produits par une entreprise ou une personne n’est faite ou implicite.

 Ezoic signaler cette annonce

En règle générale, les employeurs ont le droit de surveiller l’utilisation d’Internet par leurs employés (y compris la visite de sites de réseautage social, la vérification des courriels et la messagerie instantanée) sur les ordinateurs appartenant à l’employeur, pendant les heures de travail des employés. Bien que les lois fédérales interdisent aux employeurs de discriminer…

En règle générale, les employeurs ont le droit de surveiller l’utilisation d’Internet par leurs employés (y compris la visite de sites de réseautage social, la vérification des courriels et la messagerie instantanée) sur les ordinateurs appartenant à l’employeur, pendant les heures de travail des employés. Bien que les lois fédérales interdisent aux employeurs de discriminer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.